Yuka a fait changer mes habitudes de consommation

Yuka est désormais dans toutes les bouches et fait partie de toutes les conversations. Pour ceux qui ignoreraient encore de quoi il retourne, il s’agit d’une application sur mobile permettant de scanner les produits alimentaires. Elle permet également depuis peu de scanner les cosmétiques afin d’évaluer leurs impacts sur notre santé.

Le produit est noté de 1 à 100 et peut entrer dans 4 catégories différentes qui sont les suivantes : Mauvais, Médiocre, Bon, Excellent.

J’ai fait la connaissance du concept au mois de décembre dernier et je suis très rapidement devenue une frénétique de la scannette. Aujourd’hui, rares sont les produits que j’achète sans les avoir scannés auparavant. C’est une méthode qui est entrée naturellement dans mes habitudes de vie – comme pour beaucoup d’entre nous – car son but est on ne peut plus le bienvenue dans notre société actuelle.

Pourquoi avoir eu envie de m’étendre ici sur le sujet ? Car, à son échelle, cela a représenté un grand changement dans ma vie. J’ai pris conscience de beaucoup de chose dont je n’avais pas mesuré l’importance avant. J’ai envie de partager ce ressenti ici et de voir ce qu’il en est de votre côté.

Pour ma part, vous l’aurez compris il y a eu un avant et un après Yuka. J’ai converti toute ma famille qui a également adopté le concept avec plus ou moins de réticences mais on ne peut y rester insensible. Lorsque l’on scanne un produit que l’on avait l’habitude de manger tous les matins depuis des années et que l’on apprend que ce produit est rempli d’additifs nocifs, on s’inquiète. Pour ma part, j’ai le sentiment que l’on était entrain de s’empoisonner à petit feu sans le savoir et que c’est grâce a cette application que nous allons peut-être pouvoir opérer de vrais changements. J’y crois réellement et j’espère que cela poussera les industriels à faire de même et à réviser leurs méthodes.

De plus, je pensais naïvement que les produits Carrefour, Auchan ou Franprix étaient surement moins bons pour la santé que ceux de certaines marques, et pourtant c’est loin d’être toujours le cas et c’est parfois même le contraire.

Dans un rayon rempli d’un même produit issu de marques différentes, le choix se réduit considérablement, certes, mais heureusement je parviens toujours à en trouver un meilleur que les autres. À l’arrivée, mon panier ne coute pas plus cher, mais il est bien moins dangereux. Il m’arrive encore de prendre certains produits avec lesquels je me fais plaisir de temps à autres comme les chips ou les biscuits apéro, mais cela devient plus rare. J’apprécie de plus en plus de tout cuisiner par moi-même. Plus le produit est brut moins il est susceptible d’être nocif et encore… c’est sans compter sur tous les pesticides qui eux n’apparaissent pas sur la liste des ingrédients des produits. Il est donc impossible de quantifier son réel degré de nocivité mais on se doute que ce n’est pas affriolant.

Au début de mon utilisation de Yuka, j’étais un peu abasourdie, tester les produits et m’apercevoir qu’ils étaient si nombreux à être dangereux pour notre santé me provoquait presque un petit rire nerveux. Maintenant, je pense pouvoir dire que cela me met en colère. Au fond de moi, je pense que j’en étais déjà consciente avant d’utiliser l’application mais j’étais loin d’en mesurer l’importance. Et je tombe encore des nues avec les produits cosmétiques…

Les produits solaires sont quasiment tous à jeter (alors quoi choisir entre le marteau et l’enclume : le soleil nocif sans protection ou la protection nocive ?) , sans parler des dentifrices qui sont composés de nanoparticules qui s’infiltrent dans nos gencives puis irradient notre corps de particules dangereuses. La plupart des ingrédients sont suspectés d’être des perturbateurs endocriniens. ALERTE : On va tous finir stériles sur cette planète !  Et sans parler des produits cancérogènes et cancérigènes que l’on s’applique en pensant s’hydrater la peau. Là encore, quel a été mon étonnement en m’apercevant que les produits censés être bons et vendus en pharmacie comme Roger Cavaillès… étaient loins d’être tout blanc.

Concernant les cosmétiques donc, on peut toujours trouver une alternative ou un bon produit dans le lot des industriels mais le choix s’amoindrit et les prix montent. Ce qui me donne envie de vous en dire un peu plus sur le panier idéal et les produits à privilégier. Dans un prochain article. 🙂

Et vous, le vent révolutionnaire vous a-t-il frappé avec l’arrivée de Yuka ?

JujudeFraise

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s