Le cœur des villes

La ville respire. Gonfle ses poumons de béton, de goudron, de pierre et d’acier, puis expire profondément.

La ville est vivante. Aussi vivante que vous et moi. Elle est faite de ces tous petits rien qui s’accumulent, comme des flocons de neige qui, agglutinés les uns aux autres s’élèvent dans les hauteurs.

La ville se construit de toutes ces personnes qui l’habitent, qui la foulent, qui la façonnent au gré de leurs envies.

La ville est mouvante. Jamais elle ne s’éteint vraiment. Elle renaît de ses cendres là où on la croyait morte. Elle est riche de ses imperfections, riche de ce que les gens en font.

La ville est chaude, brûlante de nos idées qui s’entrechoquent. De nos mots pour la décrire. De notre haine pour la bafouer. De nos pensées pour la rêver.

La ville gronde les jours de pluie, rayonne les jours où le soleil dore ses grattes-ciels. Elle rivalise de hauteur, semble vouloir aller toujours plus haut, toujours plus loin. Se confondre avec les nuages. Sentir l’air frais qui se dessine sous son épaisse couche sombre.

 

 

Jujudefraise

 

 

 

 

 

Publicités

6 commentaires

  1. il est mille endroits dans une ville où il n’y a place pour personne.
    et puis il y a ces endroits délicieux qui ont l’ombre et la paix, des terrasses des fauteuils , des vieux murs, un peu de musique parfois…
    J’aime à franchir les murs entre ce deux types de lieux.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s