Le piano fou

Quand j’écris j’ai une envie. Logé au creux de mes entrailles. Sous la peau, sous les os.  Cette envie de me sortir les tripes sur le papier. J’aimerais que mes mots percutent contre vents et marées. J’aimerais qu’ils suscitent cette flamme inarrêtable dans les yeux des lecteurs qui tomberont sur eux. J’aimerais qu’ils rendent évidente toute leur l’ambivalence.

N’est-ce pas ici le souhait de tout apprenti des mots ? De toute personne aimant le soin des phrases comme d’un bijoux à polir inlassablement.

Il est si aisé de tombé dans le trop. Le trop complexe, le trop simple, le trop vide de sens. Écrire, oui. Mais écrire des idées qui créent, qui suggèrent, qui fédèrent, qui jamais ne se tarissent ?

Il est si ardue de sentir vibrer le son des mots, au fil des touches que l’on actionne. Un peu comme celles d’un piano. Un piano fou qui danse avec la vie, avec la mort et qui jamais ne s’arrête.

J’ai récemment lu dans un livre sur l’humanité « Homo Deus » de Yuval Noah Harari que l’Homme entrant dans le 3ème millénaire aura pour occupation primaire de chercher un sens à sa vie. Cet auteur défend l’argument que l’Homme avait jusqu’alors toujours eu des occupations qui prenaient le pas sur cette quête existentielle.

Arrive le pourquoi de cette réflexion, en tant que grain de poussière sur cette planète, je ne déroge pas à la règle. Je cherche un but, un sens, quelque chose à quoi me rattacher. J’ai toujours vécu dans l’ombre de mon imagination. Celle-ci a toujours pris le pas sur mon moi profond, dirigé mes envies de créer, de réaliser des choses que j’aurais souhaité unique. Je ne suis pas un génie, pas aussi douée que toutes ces personnes qui ont marqué le monde de leurs empreintes. Pourtant je ne peux m’empêcher d’y penser. Peut-être que la seule chose qui me manque pour l’instant c’est la croyance ? Croire en ses capacités, la réalisation de ses projets les plus beaux. Ou peut-être bien que je manque tout simplement cruellement d’ambition. Ça s’attrape l’ambition ? Un peu comme un rhume ? Car si tel est le cas, j’aimerais bien qu’on me la transmette. Cette ambition qui permet parfois aux gens de leur faire exaucer leurs rêves les plus fous.  Peut-être que je ne suis qu’à un pas de pouvoir faire bouger les choses, mettre à exécution mes envies, si belles sur le papier.

Restée intouchées depuis tant d’années de rêves…

Et qui s’emballent, un peu comme un piano fou qui éclairerait tout son monde de sa musique dans le noir.

 

Jujudefraise

 

 

Publicités

2 commentaires

  1. Il faut oser un pas dans le vide Juliette. C’est le seul moyen de réaliser ses rêves.
    Quand les mots sont là, ils ont besoin de sortir, il faut les laisser s’épanouir, ne surtout pas chercher à les retenir.
    Allez, plonge! Tu verras c’est plein de doutes et de joies de l’autre côté!
    Je t’embrasse.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s