Les chroniques d’une écrivain en herbe #4

 

 

Ce soir, j’ai eu envie de me replonger dans mes vieux écrits, mes poèmes, mes histoires inachevées, mes réflexions couchées ça-et-là, dans des carnets, sur des papiers, sur mon ordi, dans fichiers éparpillés un peu partout…

 

Le constat est flagrant. Je m’aperçois que j’ai ostensiblement changé. Le fait d’avoir écrit autant ces dernières années me permet aujourd’hui de mesurer l’ampleur de ce changement. Quand j’écris aujourd’hui, ce n’est par sur les mêmes sujets. J’ai changé de dizaine et aussi de problèmes. Je me sens beaucoup plus équilibrée, beaucoup plus positive aussi. J’écris moins car j’ai moins de temps mais aussi et surtout car j’en ressens moins le besoin. Je me nourrissais essentiellement de ma « veine noire », de tous mes dysfonctionnements, de mes défauts, de mon mal être.

L’écriture était mon exutoire (et elle l’est encore). Cependant je m’efforce à présent à la rendre toujours plus belle ; forte de mon expérience et de mes richesses pas uniquement de mes fêlures. L’écriture est mon arme contre le monde mais elle est aussi ma voix, elle est vectrice de mes idées et de mon imagination. J’aime à la travailler, à en polir chaque mot tout en  veillant à conserver ce côté abrupt. Celui qui donne tant d’ampleur aux choses. Mon style a évolué, mais il reste mon empreinte, reconnu et reconnaissable. C’est surtout sur le fond que les choses évoluent. Ce n’est pas parce que je vais bien, que je me suis enfin affirmée, que je me donne tous les moyens pour aller de l’avant et réussir que je n’ai pour autant plus rien à raconter.

Ces dernières années, je me rendais de plus en plus compte que j’écrivais moins et parfois je m’interrogeais. Je me disais que j’avais fait le tour, que je ne savais plus quoi raconter et que j’avais perdu ce petit quelque chose. J’ai enfin compris que lorsque j’écris à présent, ce n’est pas nécessairement parce que j’en ai besoin ou parce que ça me soulage. J’écris aussi pour le plaisir d’écrire, de raconter des choses, de donner de la matière à découvrir et de partager avec les autres. J’écris sur des sujets très variés et je ne me focalise pas sur des problèmes que j’aborde sous un angle différent à chaque fois en pensant naïvement que je parle d’autre chose. En me relisant, je me suis aperçue que je gravitais généralement autour des mêmes sujets, m’épanchant par besoin, par à-coups, avec frénésie. C’était ma façon à moi de gérer ce que l’on appelle « l’adolescence ». Pour tout vous dire : je déteste ce mot. Je trouve qu’il a une connotation très péjorative (à tort) pour désigner une période compliquée mais capitale dans notre croissance à tous. Je pense sincèrement qu’elle devrait être abordée autrement.

L’adolescence devrait être source de joie et d’épanouissement, pour moi elle était source d’angoisse car on m’avait toujours montré le mauvais côté de ce passage. A force de nous répéter qu’il s’agit d’une période difficile, souvent mal vécu, brutale, avec de l’acné tout le tralala, l’arrivée de tout un tas de chamboulements magistraux et merveilleux ^^… on est pré-conditionné à la vivre mal ! Peut-être que les parents projettent aussi eux-mêmes leurs peurs de nous voir chavirer sur nous… bref je m’écarte de mon sujet de départ mais j’aimerais bien revenir sur ce sujet dans un prochain article ! (qu’en pensez-vous ?)

 

Des bisous d’un vélo fatigué fatigué (direction le garage ! 🙂 )

A très vite

 

 

 

Publicités

2 commentaires

  1. L’adolescence est une période de changement. Elle peut être en effet très positive aussi. On ne le souligne jamais tu as raison!
    Ecrire permet de se libérer quand on en a besoin. Mais c’est aussi une façon de parler du monde, de partager. C’est ce qui en fait sa force.
    Au plaisir et belle journée!

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s